Ce que nous avons écrit à la direction (mail du 5 juillet 2016)
« La CGT, la CFTC et le SNAREP (le SNJ a fait de même) vous confirment qu'ils ne signeront pas l'accord de NAO 2016 pour les deux raisons essentielles évoquées en réunion : les augmentations ne concernent pas TOUS les salariés et le montant de 20 euros est notoirement insuffisant.
Nous demandions 30 euros pour tous notamment au titre du rattrapage d'un pouvoir d'achat en baisse depuis plusieurs années et par mesure de justice et de dignité. Il est regrettable que vous n'ayez pas fait bon droit à cette demande. (…)
Nous gardons en mémoire les mots de F. G. selon lesquels ces 20 euros concernaient également des salariés qui ne bénéficiaient JAMAIS (ou à de très rares exceptions près) d'augmentations individuelles. N'oubliez pas ceux, très nombreux, qui se trouvent dans cette situation depuis des années et qui ne sont pas pour autant éligibles aux 20 euros pour des raisons de franchissement de palier.
Cette NAO est une grande déception chez les salariés qui ne se sont pas sentis entendus.
Alors que la masse salariale continue de baisser, que les salariés vont se partager tout ou partie du travail des partants non remplacés, que les résultats sont significatifs, le constat du montant global de l'enveloppe accordée à la NAO, inférieur d'au moins 50 000 euros à celui de l'année dernière est un très mauvais signe que Bayard envoie à ses collaborateurs.
Il y a beaucoup trop de laissés-pour-compte dans votre choix, même si certaines catégories de salariés, les plus bas salaires, verront un petit signe d'amélioration de leur pouvoir d'achat.
Franchement, que pourrions-nous dire aux autres qui n'ont déjà eu que 10 euros chargés l'an passé et n'auront rien cette année ?
Nous n'irons pas à la dénonciation. Cependant, ce serait une erreur de penser que notre décision de non-dénonciation est une dérobade.
Soyez convaincus que nous allons continuer à rester vigilants lors des négociations sur d'autres sujets importants qui ne manqueront pas.
Nous espérons aussi que la direction, à l'avenir, s'associera davantage aux revendications de toutes les organisations syndicales afin que les salariés de l'entreprise se sentent rassemblés et non divisés par des mesures partielles et individuelles.
L'entreprise se doit d'être fédératrice et cette NAO n'en est pas le signe.
Vous avez pris le risque insensé de démobiliser une partie des salariés en ne valorisant pas, par une augmentation juste et méritée, tous les efforts de rendement qu'ils font chaque jour pour faire vivre Bayard. »

POUR INFORMATION COMPARATIVE
Le 25 août, la direction de Fleurus et la seule déléguée syndicale (Info’Com-CGT) de l’entreprise ont signé un accord qui fait contraste avec celui de Bayard, « à l’issue d’échanges loyaux et de qualité »… :

  • « augmentation générale mensuelle brute de 50 euros » ;
  • « prime exceptionnelle brute de 250 euros au titre de l’année 2016 » versée en septembre 2016...