Nous avons calculé une hausse réelle des prix de 3,09% (indice mensuel FILPAC-CGT, mars 2010 / mars 2011), tandis que l'INSEE donnait une hausse de 2% pour la même période, ce qui est déjà considérable...

Notre tableau de calcul de l'inflation réelle : Indice FILPAC-CGT mars 2011

Analyse et prévisions :

L’inflation en France en mars a surpris l’ensemble du marché. Elle a bondi à 2% (indice INSEE) en raison de la hausse des prix de l’énergie mais aussi des produits manufacturés. Mais ce qui inquiète désormais c’est une poursuite du mouvement qui pourrait peser sur le pouvoir d’achat des ménages et réduire leur appétit de consommation.

Sur un an, l’inflation grimpe désormais de 2%, contre 1,7% en février, selon les derniers chiffres publiés par l’INSEE, l’institut français de la statistique. L’indice des prix à la consommation a progressé de 0,8% sur un mois. Hors tabac, les prix progressent de 1,9%, sur un an, et de 0,8%, sur un mois.

C’est plus que prévu par le marché, qui tablait sur une progression de 0,6% sur un mois et de 1,8% sur un an, et plus qu’en février (+0,5% et +1,7%, respectivement). L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) est en hausse de 0,9% sur un mois et de 2,2% sur un an, “bien au-delà des attentes de 2%”, rappelle la Société générale.

L’énergie est une fois de plus l’une des raisons de la hausse mais pas seulement. “Bien que les prix de l’énergie aient augmenté de 2,4% sur un mois la hausse annuelle est de 15,3% après 15% en février, relèvent les économistes de la banque de La Défense. L’inflation est également soutenue par les autres composantes”. L’indicateur d’inflation sous–jacente progresse de 0,3% en mars 2011, ce qui porte à 0,7% sa hausse sur un an, après un accroissement de 0,1% en février (sur un mois).

Cette accélération à la hausse “provient, en grande partie, de l’augmentation des prix des produits manufacturés liée notamment à la fin des soldes d’hiver, mais aussi aux fortes hausses de prix des produits pétroliers et alimentaires”, explique l’INSEE.

En effet, les prix des produits manufacturés ont augmenté de 1,3%, par rapport à janvier. Cela tient à la fin des soldes d’hiver, plus tardifs cette année, et avec des rabais consentis plus importants, surtout en fin de période.

Prix de l’énergie et des produits alimentaires ont également poursuivi leur fuite en avant. L’énergie s’est renchérie de 2,4%, après 1,1 % en février, dans le sillage de la hausse des prix du pétrole brut. Cela porte à 15,3% son envolée sur un an. “Ce renchérissement est visible sur les prix des carburants (3,6% sur un mois et 17,4% sur un an) et sur ceux des combustibles liquides (6,1% et 31,2%)”, précise l’INSEE.

Pour leur part, les prix des produits alimentaires augmentent de 0,9%, sur un mois, et de 0,8%, sur un an.

“Cette publication rend désormais fort probable la confirmation de l’estimation d’inflation de 2,6% en mars dans la zone euro”, selon la Société générale. L’indice des prix à la consommation définitif dans la zone euro en mars sera publié demain.

Au-delà de ces chiffres, ce sont les anticipations d’inflation du marché qui sont importantes. Or, les économistes tablent sur une poursuite de la valse des prix avec pour conséquence une réduction du pouvoir d’achat. “Nous anticipons de nouvelles hausses dans les prochains mois qui devraient peser sur le pouvoir d’achat des ménages”, soulignent les économistes de Société générale.

De fait, la confiance des ménages chute de deux points en mars, en raison de fortes inquiétudes liées à l’inflation, selon l’Insee.

En mars, l’opinion des ménages sur leur situation financière personnelle recule de - 4 points. De plus, les ménages considèrent un peu moins opportun de faire des achats importants (-1 point). L’opinion des ménages sur leur capacité à épargner dans les mois à venir est en baisse d’un point par rapport à février.

Les perspectives d’évolution du niveau de vie baissent de 3 points par rapport à février. "Ces soldes d’opinion restent largement inférieurs à leur moyenne de longue période", précise l’Insee.

Les anticipations des ménages en matière d’inflation future s’élèvent fortement (+15 points), pour atteindre un niveau "inobservé" depuis juillet 1995, selon l’INSEE.

Source : INSEE : Indice mensuel des prix + Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages - mars et avril 2011