Année 2010 : + 3,03% : Indice FILPAC-CGT janvier 2001

Février 2011 : + 2,80% : Indice FILPAC-CGT février 2011

L’an dernier, notre négociation d’un accord sur les augmentations collectives avait débouchée sur un résultat qui pouvait paraître acceptable :
- Somme égale pour tous (60 euros) d'augmentation mensuelle à partir du 1er septembre 2010, soit +1,7% du salaire médian Bayard (3511 euros) et +1,56% du salaire moyen Bayard (3842 euros), et aussi +2,73% sur le salaire moyen des employés, +2,32% sur le salaire moyen des agents de maîtrise, +1,53% sur le salaire moyen des journalistes, +1,40% sur le salaire moyen des cadres, +0,91% sur le salaire moyen des rédactrices/teurs en chef… ;
- salaire mini relevé à 1380 euros (SMIC à 1343 euros)…

Malheureusement, c’était sans compter avec un véritable emballement de l’inflation depuis septembre dernier. A partir des dernières statistiques publiées par l'INSSE, nous avons en effet calculé que l’augmentation réelle des prix s’est élevée, en 2010, à plus de 3%. Pour les années qui viennent, nous continuerons, chiffres et arguments sérieux à l’appui, de revendiquer une défense, voire une augmentation du pouvoir d’achat des salariés.

A Bayard, la CGT est la seule organisation syndicale à calculer, depuis plus de quatre ans, chaque mois, un indice de l’inflation réelle (consultable sur notre site : www.cgtbayard.org), indice FILPAC-CGT qui corrige très rigoureusement l’indice minoré de l’INSEE qui soutient les négociateurs patronaux dans leur stratégie de réduction déraisonnable des masses salariales.

A titre d’exemple, notre indice donne +2,80% d’inflation réelle en février 2011, alors que l’INSEE concède un ridicule +1,7% que certains syndicats prennent pour… argent comptant. La CGT dénonce cette complaisance avec la volonté patronale de « modération » constante des salaires, ce qui entraîne une perte flagrante de pouvoir d’achat.

L'indice FILPAC-CGT de l'inflation réelle est construit sur la base de la structure réelle de consommation des ménages français (coefficients budgétaires) en 2009, telle qu'analysée par l'INSEE, ainsi que sur les indices mensuels INSEE des prix à la consommation pour l'ensemble des ménages de France métropolitaine, classés par fonctions de consommation (mois courant).
Indices mensuels de l'INSEE : http://www.insee.fr/fr/indicateur/indic_cons/indic_cons.asp
Consommation des ménages en 2009 : http://www.insee.fr/fr/indicateurs/cnat_annu/base_2000/rev_pa_cm/conso_t2.xls et http://www.insee.fr/fr/themes/comptes-nationaux/souschapitre.asp?id=74