Le deuxième Direct Malin (4 pages) : Direct Malin 2

Le premier Direct Malin (18 janvier) : lien

Notre dossier sur la décadence de l'information

Pour protester contre Vincent Bolloré, qui a retiré l'impression de Direct Matin de l'imprimerie du Monde, le Syndicat du Livre CGT a publié aujourd'hui un pastiche du quotidien gratuit.

"Bolloré voudrait affaiblir Le Monde en fragilisant ses moyens industriels qu'il ne s'y prendrait pas autrement." C'est le genre de saillies que l'on peut trouver aujourd'hui dans Direct Malin, pastiche du quotidien gratuit Direct Matin, qui a été publié par le Syndicat du Livre CGT.

Une action réalisée en réaction à la décision de Vincent Bolloré (propriétaire de Direct Matin), de retirer l'impression de son quotidien gratuit de l'imprimerie du Monde. Impression transférée à Coulommiers. La CGT dénonce une manoeuvre du chef d'entreprise pour tenter d'affaiblir le journal Le Monde.

Le groupe Bolloré aurait pour projet de lancer un quotidien du soir. "Payant et haut de gamme", avait évoqué le patron de la branche média du groupe Bolloré, Yannick Bolloré, à la mi-janvier. "On comprend mieux l'empressement de Bolloré à vouloir saborder 'le journal de référence' afin de mieux placer son quotidien du soir", dénonce la CGT.

La guerre est déclarée, entre le Syndicat du Livre et le groupe Bolloré. Le 3 février, l'imprimerie de labeur Brodard Graphique de Coulommiers (Seine et Marne), où est désormais imprimé Direct Matin, a été bloquée par des militants de la CGT. Un blocage qui a abouti à la destruction de 150.000 exemplaires du quotidien gratuit, aspergés à la lance à eau.