Toutes les personnes qui s’estiment mises en risque particulier par la grippe A (femmes enceintes, personnes cardiaques ou ayant un problème respiratoire…) pourront se placer sous la veille de notre médecin du Travail, afin d’être localisées et informées de mesures de préventions particulières. Elles pourront bénéficier d’une priorité en cas de vaccination dans l’entreprise. Elles seront immédiatement informées par notre médecin du Travail quant à une décision anticipée de travail à distance et de maintien au domicile, avec maintien, bien entendu, de la totalité de la rémunération.

TOUS les salariés (CDI et CDD) arrêtés pour cause d’enfant(s) malade(s) (jusqu’à 12 ans ; nous avons demandé 14 ans) bénéficieront de 6 jours d’autorisation d’absence avec rémunération complète, voire 8 jours (si plus de deux enfants à charge), comme le prévoit la convention collective nationale des journalistes pour cette seule catégorie professionnelle.
Les rémunérations des personnes non-malades, mais tout de même empêchées de se rendre à Bayard (transports bloqués, écoles fermées…), seront maintenues. Les évènements qui généreraient ces blocages feront l’objet de réunions d’urgence entre la direction et les délégués syndicaux.
Les matériels de prévention de l’épidémie de grippe A (produits désinfectants, masques…), enfin arrivés rue Barbès, seront distribués, sur indication du médecin du Travail, dès que nécessaire.
Le plan de continuité d’activité (PCA) de Bayard ne comprendra aucune dérogation aux conditions légales et conventionnelles de travail, notamment en ce qui concerne le temps de travail, ceci en contradiction claire et nette avec la circulaire scandaleuse de la Direction générale du Travail (Administration).
Les délégués syndicaux seront complètement informés des communications (sous forme de questions/réponses) faites par la direction à destination de l’encadrement, puis des salariés.

La CGT a aussitôt estimé que le dispositif présenté par la direction est satisfaisant, tout en demandant deux points d’amélioration (dont l’âge des enfants malades porté de 12 à 14 ans). Nous avons cependant regretté d’avoir été mis dans la nécessité de hausser fortement le ton… Mais, l’essentiel est que les salariés de Bayard puissent compter sur une sûreté sérieuse de leur santé et de leurs rémunérations, surtout en cette époque si troublée, si dure à vivre pour beaucoup d’entre nous.