CGC - CGT - FO

Inauguration Pourquoi nous ne serons pas de la partie

Ce soir, à 18h00, la direction de Bayard procédera à l’inauguration officielle des nouveaux locaux de l’entreprise. Elle invite, à l’occasion, les salariés à rencontrer « des personnalités locales et nationales »… Beaucoup d’entre vous se sont déjà interrogés sur la date (un mercredi : jour des plus nombreuses absences de salarié/e/s travaillant à temps partiel ou en ARTT) et l’heure (18h00…) de ce rendez-vous. « N’est-il pas en réalité souhaité qu’il y ait le moins de salariés possible au contact des “personnalités” sus-mentionnées ? » Telle est la question que nous avons souvent entendue ces derniers jours. Certain/e/s ont même déjà protesté, à ce propos, auprès de la direction de la Communication. Autant le dire nettement : nous partageons leurs interrogations et leur désappointement.

Comment ne pas ressentir, dans l’organisation de cette inauguration, une marque de dédain vis-à-vis de centaines de salariés qui, chaque jour, prennent sur eux pour encaisser les lourdes difficultés engendrées par le déménagement à Montrouge ? Cette inauguration est-elle d’abord faite pour, voire avec les salariés de Bayard, comme cela nous semblerait naturel ? Ou bien n’est-elle destinée qu’aux « partenaires » extérieurs, visiteurs du soir aux yeux desquels il ne faudra rien laisser voir de confidentiel ou de précieux… Aussi, nous appelons les salariés de Bayard à ne pas se rendre volontairement à cette inauguration, afin d’exprimer, aussi, leur désapprobation quant à la dégradation de leurs conditions de travail et leur désaccord avec l’extension rapide d’un management au stress dans plusieurs secteurs de l’entreprise. De ce dernier point de vue, nous ne comprenons pas que la direction de Bayard nous refuse l’ouverture d’une négociation sur une éventuelle charte déontologique du management, négociation demandée il y a quinze jours au vu de la multiplication inquiétante des « cas » de conflits inter-personnels.

Nous demandons que ce refus de négocier sur un projet qui ne peut être que générateur de concorde soit repris et que la discussion paritaire s’ouvre d’urgence sur ce thème. Nous demandons aussi que, dans la perspective d’un déploiement complet de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (accord GPEC signé en mars 2008) par la DRH, les salariés soient mieux informés et plus impliqués. Nous souhaitons, enfin, que la direction de Bayard partage plus clairement un véritable projet de développement du groupe (il a été question d’un « plan d’urbanisme » au dernier comité de groupe) avec toutes et tous, afin de revivifier le moral de toutes celles et de tous ceux qui assurent, par leur travail quotidien, le présent et l’avenir de notre société.


***

P. S. (23 octobre) : Comme prévu, la "soirée" a été honorée, selon un observateur, par la présence de très nombreuses personnes extérieures à Bayard (dont l'indispensable Emmanuelle MIGNON) et par une petite poignée de salariés de l'entreprise...