Après huit mois de négociation, la CGT a obtenu satisfaction sur presque toutes ses revendications ! Aussi, notre organisation signera l’accord, tel que présenté dans sa toute dernière version, aujourd’hui, devant le CE. Certes, cet accord ne peut satisfaire toutes les aspirations de tous les salariés. Certes, le fait même du déménagement engendre d’importantes difficultés pour de nombreuses personnes. Mais les dispositions de cet accord permettent de compenser l’essentiel des impacts négatifs du déménagement sur la vie de chacun.
En vérité, quelle était l’alternative à une négociation « jusqu’au bout » telle que menée par la CGT et, finalement, à la signature de l’accord ? Tout simplement : pas d’accord, donc pas de compensation des allongements de temps de trajets, des primes insuffisantes, aucune garantie de maintien des effectifs, pas de journée « chômée » et payée le vendredi 4 juillet, un minimum d’aides au déménagement… ! Le rejet pur et simple, par certains syndicats, d’entrer réellement dans la négociation, au nom de leur volonté d’imposer l’ouverture d’un plan social à la direction, nous a paru inefficace dans la défense des intérêts des salariés...

Le texte complet (avec le contenu de l'accord) : TRACT du 16 juin 2008