Le tableau : Indice FILPAC-CGT avril 2008

L'inflation pèse toujours sur le pouvoir d'achat

(avec l’AFP) — L'inflation s'est très légèrement modérée en France en avril mais s'est maintenue à un niveau élevé de 3,0% sur un an, contre 3,2% le mois précédent (selon l'Insee), continuant de peser fortement sur le pouvoir d'achat des ménages français. « Une très légère accalmie mais qui ne change pas la tendance de fond : il y a des tensions inflationnistes en France, tensions suffisamment installées pour avoir un impact sur les comportements de consommation d'un côté, sur les négociations salariales de l'autre », résume l'économiste Nicolas Bouzou, du cabinet Asterès. Notant qu'il faut remonter à l'été 1991 pour trouver deux mois consécutifs d'inflation à un tel niveau, Alexander Law (Xerfi) juge que « le pouvoir d'achat lié aux revenus du travail a baissé depuis le début de l'année » d'où une « consommation déprimée » et un impact négatif sur la croissance économique qui « sera proche du néant au deuxième trimestre ». Selon les prévisions de l'Insee, le pouvoir d'achat des ménages devrait quasiment stagner au premier semestre 2008 en raison du pic d'inflation de mars à juin. Il pourrait même régresser pour les plus pauvres, qui subissent de plein fouet la hausse des prix de l'alimentation et de l'énergie, reconnaît Eric Dubois, chef de la conjoncture à l'Institut national de la statistique. Même si la hausse des prix ralentit dans ces deux secteurs, « la poursuite du renchérissement de l'énergie » (+1,0% sur un mois, +12,0% sur un an) et des produits alimentaires (+0,7% sur un mois, +5,2% sur un an) continuent en effet à nourrir l'inflation, relève l'Insee. Après avoir bondi de 4,3% en mars, le prix des produits pétroliers s'est quelque peu assagi en avril (+1,6%), de même que celui des carburants (+1,4% après +4,0% en mars) et des combustibles liquides (+2,9% après +6,7%). Sur un an, les prix des carburants accusent tout de même une hausse de 15,1%. Dans l'alimentation, les produits frais, très saisonniers, progressent de 3,1% en avril (+0,8% sur un an). Hors produits frais, les prix augmentent de 0,3% mais enregistrent une hausse de 5,9% par rapport à avril 2007. Les prix des viandes sont en hausse de même que ceux des produits à base de céréales. « En revanche, le prix du lait et de la crème se stabilise », malgré une hausse de 14,6% sur un an, « pendant que le prix des yaourts et des desserts lactés diminue » (-0,8% en avril, +8,5% sur un an), note l'Insee. « Les causes de l'inflation ne changent pas (...) Les tensions sur les marchés des matières premières expliquent près des deux tiers de l'inflation française », précise Nicolas Bouzou, pour qui « il va donc falloir s'habituer à vivre encore plusieurs trimestres avec une inflation comprise entre 2,5 et 3,5% ». Pour Mathieu Kaiser (BNP Paribas), l'inflation pourrait s'établir « autour de 3% en moyenne » en 2008, alors que le gouvernement table désormais sur une hausse de 2,2%.