Ouvriers, employés, agents de maîtrise, cadres et journalistes

Info’Com-CGT, une nouvelle force syndicale pour tous

En Région parisienne, dans la presse quotidienne ou magazine, dans l’édition, dans la publicité, le multimédia et la communication, Info’Com-CGT unit désormais tous les salariés travaillant dans les sièges éditoriaux et administratifs de leurs entreprises ou groupes. Le nouveau syndicat Info’Com-CGT vient de naître, après plusieurs années de travail commun entre syndicalistes CGT, qu’ils soient ouvriers, typographes et techniciens du pré-presse, cadres et journalistes, dans un esprit de solidarité et d’efficacité qui supposait d’en finir avec les corporatismes traditionnels de leurs différentes organisations. En juillet 2006, Info’Com-CGT et sa Fédération (FILPAC-CGT), qui émanent du « Livre CGT », ont donc adhéré à la Convention collective nationale des journalistes, afin de pouvoir négocier pleinement, dans les entreprises comme dans les instances paritaires nationales, pour le progrès du statut et des acquis sociaux des journalistes autant qu’en faveur des intérêts des autres catégorises professionnelles.

Notre travail intersyndical a donc abouti à la construction d’une nouvelle organisation, plus large, plus puissante, plus adéquate aux besoins sociaux, ainsi qu’aux réalités techniques et économiques du secteur stratégique de l’information. Appelé à réunir tant de salariés travaillant ensemble et dont les intérêts moraux et matériels sont de plus en plus liés, Info’Com-CGT sera dorénavant la meilleure force de résistance, dans nos secteurs d’activité, face à l’insécurité sociale, au chômage et à la précarité.

En effet, pour Info’Com-CGT, défendre les droits des journalistes, entre autres, c’est, en premier lieu, défendre, avec l’appui de tous leurs confrères des autres métiers de presse, les droits de salariés comme les autres : augmentation des salaires, amélioration de la couverture sociale, élargissement de l’offre de formation, évolution de carrière... Mais c’est aussi combattre la précarisation particulièrement dramatique de leur profession, qui frappe principalement les femmes et les jeunes, employés pendant des années en CDD ou rémunérés à la pige, souvent sans espoir réel de contractualisation en CDI.

Cependant, Info’Com-CGT entend aussi rappeler inlassablement que les journalistes ont des droits spécifiques, attachés à leur responsabilité particulière dans une société démocratique : informer des citoyennes et citoyens, et non pas servir la communication des pouvoirs. Les droits d’auteur, la liberté d’expression, le droit de retrait ou de signature, les clauses de conscience et de cession… Autant d’acquis qui garantissent l’indépendance morale des journalistes et qui sont au cœur de notre action syndicale dans la presse. Notre conviction est que le statut particulier des journalistes ne peut être défendu, voire amélioré, sans l’engagement de tous les salariés de la presse, voire de l’ensemble de notre société démocratique et - idéalement - citoyenne.

Car il en va de la crédibilité de l’information. Ainsi, Info’Com-CGT milite pour la protection rigoureuse des sources des journalistes, première garantie concrète de la liberté de la presse dans un état démocratique. Le droit des journalistes à la protection de leurs sources est inscrit dans la loi de 1881 sur la liberté de la presse, confirmé par la jurisprudence, conforté par l’article 10 de la Convention européenne des Droits de l’Homme… Mais cela apparaît aujourd’hui insuffisant. Notre organisation demande que des dispositions réellement protectrices soient inscrites dans le Code de procédure pénale.

De même, nous soutenons, pour reconquérir l’indépendance des rédactions, l’idée d’un code de déontologie unique pour tous les journalistes, dans l’audiovisuel comme en presse écrite, et qui s’imposera premièrement aux dirigeants des publications et des médias audiovisuels ou numériques. Nous défendons, de même, le respect intégral des droits d’auteur, droits qui protègent toutes les œuvres des titulaires de la carte de presse. En effet, il s’agit là, avant tout, d’un droit moral fondamental. Quand ils rapportent, expliquent ou commentent un fait, et qu’ils le présentent, les journalistes engagent leur liberté et leur responsabilité : celles de délivrer une information sûre et vérifiée. La signature de leurs œuvres, qui est la preuve de cet engagement, est aussi la marque de l'exercice du droit moral qui garantit la qualité journalistique de la reproduction de ces œuvres. Il n'est pas de véritables liberté et responsabilité de l'information, distinguée en cela de la communication et de la publicité, sans la protection du droit moral et de sa traduction sociale, le droit patrimonial.

Enfin, dans une période où les fondements républicains de notre société sont de plus en plus brutalement mis en cause, Info’Com-CGT se dresse et dressera systématiquement contre toutes les censures, politiques, puritaines, voire religieuses… Cela tient de l’évidence ! La France est, selon l’article 1 de la Constitution de la Ve République (1958), une « République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». Ensemble, faisons en sorte que cette proclamation s’inscrive enfin dans la réalité !

Entrez dans l’action syndicale

Rejetant tout passéisme, notre organisation milite pour l’usage le plus créatif et le plus constructif possible des nouvelles technologies, s’opposant en conséquence à la seule automatisation des travaux, y compris rédactionnels, fantasmée par certains employeurs. Mais, surtout, Info’Com-CGT porte comme première revendication la mise en œuvre d’une authentique sécurité sociale professionnelle, condition fondamentale de l’émancipation et du bien-être des salariés.

La « sécurité sociale professionnelle » revendiquée par la CGT , avec l’appui croissant de toutes les forces progressistes, est fondée sur cette première disposition : dans le cas d’un licenciement pour motif économique réel, les employeurs, solidairement responsables au sein d’une branche professionnelle ou même d’un territoire, devraient être assujettis à proposer des solutions alternatives (nouvel emploi, congé de conversion, reclassement, formation professionnelle...). Le contrat de travail devrait être maintenu jusqu’à ce qu’une solution durable et satisfaisante pour le salarié soit mise en place. Cerise sur le gâteau : ce dispositif serait moins coûteux pour la collectivité que l’indemnisation massive du chômage, selon de nombreux économistes ! Cette nouvelle règle économique et sociale est la condition sine qua non du développement durable de notre pays et de l’émancipation des salariés.

Info’Com-CGT, première force de proposition syndicale dans la presse, a aussi défini d’autres orientations :

- Obtenir des rémunérations dignes des exigences du bien-être et de la capacité à assurer le meilleur avenir pour les siens ;

- négocier, dans toutes les entreprises, des « plans prévisionnels de l’emploi » qui garantissent la fin des plans sociaux et autres licenciements en catastrophe ;

- exiger de véritables engagements quant à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (salaires, évolutions de carrière) ;

- garantir les meilleurs niveaux de prévoyance pour toutes les catégories de personnel en généralisant les contrats d’entreprise avec les meilleurs mutuelles ;

- veiller au respect intégral des obligations des employeurs en matières d’hygiène, de sécurité et de conditions - physiques et morales - de travail ;

- permettre à tous les salariés d’acquérir de véritables moyens de formation afin d’accéder tout au long de leur vie professionnelle au plus haut niveau de qualification et d’en obtenir la reconnaissance aussi bien au niveau de la branche que dans les entreprises ;

- étendre le droit syndical et notamment renforcer les pouvoirs des représentants des salariés au-delà de la simple consultation ;

- garantir les libertés de penser et d’expression des salariés de l’information, qui sont les fondements de la mission particulière de leur travail et de la responsabilité morale qui leur incombe.

Info’Com-CGT vous invite aujourd’hui à prendre votre place dans l'action syndicale, à vous investir, à vous y épanouir, car le syndicat ce n'est pas « les autres », qu'ils soient responsables ou délégués, élus ou mandatés. La vraie force de toute la CGT , c'est l'action conjuguée et cohérente de ses 800 000 adhérents pour améliorer la situation de toutes et tous. « Solidarité ! » est notre mot d’ordre, aujourd’hui plus que jamais.

Adhérer à Info’Com-CGT, c’est faire le choix de faire vivre la démocratie. Notre organisation décide de ses orientations avec les syndiqués et leurs représentants. En effet, être adhérent, c’est se donner le droit de donner son opinion, de débattre et de participer à la prise de décision, voire de s'impliquer plus dans la vie syndicale, d’y exercer des responsabilités si on le souhaite. C’est participer fortement aux négociations nécessaires avec les dirigeants de nos entreprises.

Pour nous, être syndicaliste, être donc dans l’engagement collec­tif, ce n’est pas pour autant dis­soudre sa personne, chaque individu, dans la masse. Pour nous, le combat social trouve sa première source dans l’aspiration tenace, héri­tée de nos parents, à la liberté, à la justice et au bien-être. Nos valeurs fondamentales sont les idéaux de la République et de la démocratie : liberté, égalité, mais aussi tolérance, justice, laïcité et, nous l’avons déjà affirmé, solidarité !

Droits syndicaux et cotisation

Plus concrètement, être syndiqué offre la possibilité de se former au droit du travail, par exemple. Chaque salarié a en effet le droit de s'absenter 12 jours par an en formation syndicale. La CGT propose plusieurs types et niveaux de formation, de caractère général ou spécifique, ouverts à tous les syndiqués, qu'ils aient ou non des responsabilités syndicales.

L’aide juridique est aussi une mission de plus en plus importante de notre organisation. En effet, la complexité croissante du droit du travail, qui procède à la fois de la loi, des accords collectifs de branche ou d'entreprise, des contrats individuels et de la jurisprudence, nous conduit à privilégier l'accueil de proximité et le conseil personnalisé, nécessaires pour un traitement efficace des problèmes rencontrés. Nos conseillers juridiques tiennent donc une permanence où vous pourrez être accueillis et conseillés, avant d’être éventuellement présentés à l’un de nos avocats.

A la CGT , la solidarité n’est pas qu’un mot. Tout adhérent ayant acquitté sa cotisation est couvert par une protection mutualiste comprenant une prévoyance en cas d’accident survenant du fait ou à l’occasion de la participation à la vie syndicale, mais aussi des indemnités mensuelles égale à 80% de la perte réelle du salaire net imposable, pendant un an au maximum, en cas d’interruption d’activité professionnelle supérieure à 15 jours.

La cotisation syndicale versée régulièrement par le syndiqué matérialise son appartenance à la CGT et constitue un élément vital au financement de l'activité de toute la CGT , du syndicat qui mène l'action dans l'entreprise jusqu'à la Confédération. Elle garantit son indépendance à l'égard du patronat et des pouvoirs publics. La cotisation est fixée statutairement à 1 % du salaire net. Chaque adhérent cotise donc proportionnellement à ses revenus. De plus, la cotisation ouvre droit à une réduction d’impôt dont le montant est égal à 66% de son coût annuel, dans la limite de 1% du revenu brut imposable pour l’année considérée.

En faveur de vos intérêts

Parce qu’il est important, surtout dans le contexte économique et social actuel, souvent périlleux, de nos entreprises, que naisse une nouvelle force syndicale unie, les sections d’Info’Com-CGT sont le lieu d’information, de conseil et de prise en compte des problèmes individuels autant que collectifs des syndiqués. Afin d’améliorer la proximité du syndicat avec les salariés, de privilégier ce qui les unit au détriment des comportements catégoriels qui les divisent, afin de favoriser l’expression démocratique des adhérents, nous préconisons désormais la mise en place généralisée de sections syndicales d’entreprise regroupant tous les adhérents CGT indépendamment de leur origine socioprofessionnelle.

Il n’y a pas les syndicalistes d’un côté et les salariés de l’autre. Il y a les salariés dans et avec les syndicats. Que vous soyez employé, ouvrier, agent de maîtrise, cadre ou journaliste, aujourd’hui, nous vous invitons à nous rejoindre en adhérant à Info’Com-CGT, afin d’améliorer le rapport de force en faveur de vos intérêts matériels et moraux. C’est une nécessité.

Contact : Antoine Peillon, délégué syndical CGT à Bayard (poste 69 84)

Pour télécharger un bulletin d'adhésion (format PDF) : Adhésion Info'Com-CGT